Le Mois d’octobre, le mois du rosaire

par Paroisse Bougival  -  #VIE de L'EGLISE

Le Mois d’octobre, le mois du rosaire
Pourquoi un "mois du Rosaire" ?

 

En ce mois d'octobre, l'Eglise honore plus particulièrement Marie comme celle qui nous obtient les victoires dans les situations les plus difficiles.

Déjà, au temps de Saint Dominique, en 1213, c'est grâce au Rosaire que fut gagnée la bataille de Muret, menée par Simon de Montfort contre l'armée albigeoise (c'est-à-dire la dangereuse hérésie cathare).

C'est encore par la prière du Rosaire que le pape St Pie V a obtenu la victoire sur les Turcs à Lépante, le 7 octobre 1571. Et c'est pourquoi il a institué à cette date la fête du très Saint Rosaire, appelée encore Notre-Dame des Victoires.

Par le Rosaire encore, le pape Innocent XI obtint en 1683 la délivrance de Vienne de la menace de l'Islam.

Par le Rosaire, une autre victoire fut encore gagnée contre les Turcs devant Belgrade en 1716, et c'est ce qui décida le pape Clément XI à étendre la fête du St Rosaire à l'Eglise universelle.

Par le Rosaire, Saint Louis-Marie Grignion de Montfort forma l'âme chrétienne de la Vendée (18ème siècle).

C'est encore la prière du Rosaire que la Vierge de Fatima, en 1917, a demandée avec instance pour sauver les âmes de l'enfer.

La victoire de la Marne, pendant la première guerre mondiale (18-07-1918), a été reconnue comme une victoire de Notre-Dame.

Une autre victoire encore a été gagnée grâce à la récitation du Rosaire, c'est la délivrance de l'Autriche de la menace communiste, en 1947.

Aussi saint Thérèse disait :

Par le Rosaire, on peut tout obtenir. Selon une gracieuse comparaison, c'est une longue chaîne qui relie le Ciel et la terre : une des extrémités est entre nos mains et l'autre dans celles de la Sainte Vierge.

Tant que le rosaire sera récité, Dieu ne pourra abandonner le monde, car cette prière est puissante sur son cœur. Elle est comme le levain qui peut régénérer la terre. La douce Reine du ciel ne peut oublier ses enfants qui, sans cesse, chantent ses louanges.

Il n'y a pas de prière qui soit plus agréable à Dieu que le Rosaire. Aussi l'Eglise nous invite-t-elle à aller le réciter chaque soir, en ce mois d'octobre, devant Jésus réellement présent et exposé sur l'autel.

Le mois d'octobre est là. Avec lui l'Eglise appelle ses enfants pour qu'ils récitent en commun les belles prières du Rosaire. Le soir, au moment où la nature fatiguée va s'endormir, les cœurs semblent reprendre une nouvelle énergie pour célébrer les louanges de la Reine du Ciel.

 "Je suis Notre-Dame du Rosaire" (Fatima, 13 octobre 1917)

A chacune de ses six apparitions, notre Mère du Ciel a tenu à répéter sa demande, toujours dans les mêmes termes, avec la même insistance : "Récitez le chapelet tous les jours !"

C'est dire à quel point cette prière plaît souverainement à son Cœur de Mère.

La Vierge de Fatima vient nous révéler que le chapelet, loin d'être une dévotion tout à fait secondaire et facultative, est la condition la plus ordinaire pour obtenir infailliblement toutes les grâces que nous lui demandons.

Oui, elle est la Médiatrice de toutes grâces, de par le bon plaisir de son Fils.

Si, de même qu'à Lourdes, elle voulut apparaître à la Cova da Iria tenant à la main cet instrument béni, guide de notre prière, c'était pour nous montrer qu'il était le plus sûr moyen, parce que le plus facile, le plus humble, pour gagner son Cœur et obtenir ses grâces.

 

Paroles de Papes  et de saints...

Le pape Urbain IV (1195-1264) : «Il y a un rite pieux selon lequel, contre les dangers que court le monde, on récite... l'Ave Maria autant de fois qu'il y a de psaumes de David, en faisant précéder chaque dizaine d'une oraison dominicale... Avec notre autorité apostolique, nous approuvons ce psautier de la Vierge Marie».

Grégoire XIII (1502-1585) : « Le Rosaire est un moyen donné par le Ciel pour apaiser la colère de Dieu ».

Grégoire XIV (1535-1591) : « Le Rosaire est le moyen merveilleux pour détruire le péché et recouvrer la grâce ».

Saint Charles Borromée (1538-1584) : « Le Rosaire est la plus divine des prières après le St Sacrifice de la Messe ».

Paul V (1550-1621) : « Le Rosaire est le trésor des grâces ».

Benoît XIII (1649-1730) : « Le Rosaire est le remède souverain aux erreurs et aux vices ».

Pie IX (1792-1878) : « Grande est la force d'une armée qui tient en main non l'épée mais le Rosaire ».

Léon XIII (1801-1903), surnommé «le pape du Rosaire», disait : « Le Rosaire est l'expression la plus accomplie de la piété chrétienne ». « [...] entre les diverses formules et manières d'honorer la divine Marie, il en est qu'il faut préférer, puisque nous savons qu'elles sont plus puissantes et plus agréables à notre Mère; et c'est pourquoi Nous Nous plaisons à désigner en particulier et à recommander tout spécialement le Rosaire. »

Pie X (1835-1914) : « Le Rosaire est, de toutes les prières, la plus belle, la plus riche en grâces, celle qui touche le plus le Cœur de la Mère de Dieu [...] Si vous voulez que la paix règne dans vos foyers, récitez-y le chapelet en commun »

Pie XI (1857-1939) à Mgr Richaud, évêque de Laval : « Dites à vos prêtres qu'ils prient beaucoup. Tant que le pape n'a pas dit son Rosaire, sa journée n'est pas finie ».

Pie XII (1876-1958) : « Nous estimons que le Saint Rosaire est le moyen le plus efficace et le meilleur pour obtenir l'aide maternelle de la Vierge ». « La récitation même de formules identiques, tant de fois répétées, loin de rendre cette prière stérile et ennuyeuse, possède au contraire l'admirable vertu d'inculquer la confiance à celui qui prie et de faire une douce violence au Cœur maternel de Marie. »

Jean-Paul II (1920-2005) : « Le Rosaire est ma prière préférée »