Editorial du 10/10/2015

par Paroisse Bougival

Y a-t-il une place pour les femmes dans l’Eglise ?!

A l’occasion du synode, nous entendons souvent dans les médias ou les conversations que l’Eglise est misogyne !

La semaine liturgique qui nous conduit du 11 octobre à dimanche prochain est une réponse (s’il en était besoin) à cette vision et connaissance erronées de l’Eglise.

De fait, nous célébrerons tour à tour :

- Notre Dame de Fatima. Est-il un homme d’Eglise qui soit fêté et honoré autant qu’elle ? C’est à juste titre que nous lui adressons nos suffrages, comme nous le ferons une nouvelle fois ce 13 octobre en nous rappelant ses apparitions si capitales pour notre temps à Fatima. (Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, je vous conseille le Film du réalisateur Pierre Barnérias « M et le Troisième secret »)

- Sainte Thérèse d’Avila, Docteur de l’Eglise, devant qui confesseurs et ecclésiastiques filaient doux ! Grande réformatrice de l’Ordre du Carmel, l’Eglise lui doit beaucoup depuis plus de 4 siècles !

- Sainte Marguerite Marie (religieuse visitandine à Paray-le-Monial) à qui le Seigneur révéla l’intime de son Sacré Cœur pour qu’elle en diffuse les secrets au monde entier. Son message là aussi important pour aujourd’hui est toujours d’actualité comme nous l’expliquera Mme Beauvisage vendredi.

- On pourrait aussi mentionner sainte Edwige (fêtée le même jour que Marguerite-Marie) mère de famille puis religieuse pour ceux qui penseraient que l’Eglise ne canonise que les « bonnes sœurs » ... D’ailleurs, Elle s’apprête à canoniser une autre mère de famille, Zélie Martin (et son mari Louis)... Ce sera Dimanche prochain !

 

Dans l’Eglise, notre Mère, chacun peut « avoir sa place, toute sa place et rien que sa place » et c’est la beauté de l’Eglise quand de fait, chacun, avec la grâce de Dieu, veille bien à avoir sa place, toute sa place et rien que sa place en tant que femme ou en tant qu’homme ...

A propos du synode, la famille étant une église domestique, il ne manquera certainement pas de rappeler la belle place et vocation d’un chacun où l’adage cité ci-dessus doit se vivre... Avis aux médias et esprits chagrins !

Père BONNET+ curé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :