Editorial du 08/11/2015

par Paroisse Bougival

De nos églises d’ici-bas à la Jérusalem céleste...

Que de fois nous entendons « je n’ai pas besoin d’aller à l’église pour prier ! ». D’une certaine façon, c’est juste ! Heureusement que l’on ne prie pas que lorsque nous sommes à l’église ! Tout comme il n’est pas nécessaire d’être à la maison pour penser à sa famille et aimer les siens.

Mais une telle phrase ressemble à celle de quelqu’un qui affirmerait ne pas éprouver le besoin de passer du temps où sa famille demeure ! On constaterait cette douloureuse situation que l’on appelle l’abandon du domicile familial...

Or, où demeure « réellement, substantiellement » notre Seigneur, si ce n’est au Tabernacle ? N’est-ce pas à l’église que se célèbre le sacrement de l’Alliance nouvelle et éternelle ? N’est-ce pas là que par la communion notre âme s’unit à l’Epoux divin ? Heureux les invités aux noces de l’Agneau... Hélas combien de fois constatons-nous donc l’abandon « du domicile ecclésial »...

A la suite la solennité de la Toussaint la liturgie nous propose ces prochains jours de célébrer la dédicace de la cathédrale du pape (et donc du monde) St Jean de Latran (09 novembre) puis celle de notre diocèse (le 12 novembre) puis celles des basiliques St Pierre et St Paul de Rome (18 novembre)...

C’est qu’en effet dans sa bonté pour son peuple, Dieu veut habiter ces maisons de prière, afin que sa grâce toujours offerte fasse de nous un temple de l’Esprit resplendissant de sa sainteté. (Préface de la messe de la Dédicace).

Puisse ces fêtes de la Dédicace nous aider à mesurer la grande grâce qui nous est faite d’avoir un Dieu qui a voulu établir « sa demeure parmi nous »... Puissions-nous donc L’y rencontrer souvent... IL EST LA ! disait si souvent le Saint curé d’Ars !

En attendant notre entrée dans la Jérusalem céleste, puissions nous nous retrouver souvent dans nos églises pour nous y sanctifier avant de rejoindre dans le Ciel tous ceux et celles que nous fêtons (les saints et bienheureux) et nos défunts non encore saints pour lesquels nous prions (les âmes du purgatoire).

Puissions-nous y goûter déjà un peu du Ciel par la liturgie, la charité qui nous unit et la communion des saints... Puisse la beauté de l’Eglise du Ciel trouver écho et reflet dans nos églises d’ici-bas, nos familles et nous tous... ainsi tout sera saint !

Père BONNET+ curé