Dimanche en rose

par Paroisse Bougival  -  #Enseignement

Dimanche en rose

A propos du « Dimanche en rose »

 

Utilisée au 3° dimanche de l'Avent dit de « Gaudete » (« soyez joyeux » premier mot de la messe [1]) et au 4° du Carême, la couleur rose, couleur de l'aurore, marque, au milieu des temps de pénitence, une pause où l'Eglise vise à :

- mieux faire entrevoir la joie de la fête qu'elle prépare,

- à donner courage pour les dernières étapes à parcourir, 

- et à rendre grâce pour les œuvres déjà accomplies.

Le rose emprunte sa signification au rouge, symbole de l'amour divin, et au blanc, symbole de la sagesse divine, dont la combinaison signifie l'amour de l'homme régénéré à travers la pénitence par la sagesse divine reçue. «Couleur agréable, odeur réconfortante, aspect qui donne la joie. »

Ce qui est évoqué, c'est moins la fleur que la rosée, l'eau tombée du ciel, que les juifs regardaient comme un signe de bénédiction. Rappelons que les vents de la mer, soufflant de l'Ouest, apportent vers la Palestine un air humide qui, les nuits d'août à octobre où il ne pleut pas, permet la croissance des végétaux ; la rosée est donc un symbole de prospérité et signe de bénédiction, ainsi qu'en témoigne souvent l'Ancien Testament : «Que Dieu te donne avec la rosée du ciel  de gras terroirs, abondance de froment et de vin nouveau [Gn 27,28] » ; « Béni de Yahvé, son Pays ! A lui le don exquis du ciel en haut (la rosée) et de l'abîme qui s'étale en bas (les sources [Dt 33,13]) »; « C'est comme la rosée de l'Hermon qui descend sur les montagnes de Sion, car c'est là que Yahvé a établi la bénédiction, la vie à jamais [5] »

En revanche, l'absence de rosée est un signe de châtiment comme on peut le voir, par exemple, chez le prophète Aggée : « Réfléchissez sur votre sort: vous attendiez beaucoup et il n'y a eu que peu. Et ce que vous avez ramené à la maison, j'ai soufflé dessus ! A cause de quoi ? - oracle de Yahvé des armées - à cause de ma maison qui, elle, est en ruine, alors que vous courez chacun pour sa maison. Voilà pourquoi le ciel a retenu la rosée, et la terre a retenu sa récolte [Dt XXII, 2]. »

La rosée est aussi le symbole  de la Parole divine reçue par les fidèles  qui, s'ils s'y conforment, leur communique la sagesse et leur ouvre le salut par les voies de la justice: « Que ma parole s'épande comme la rosée. »

Pendant tout le temps de l’Avent, l’Eglise chante aux Vêpres: « Rorate cæli » » (Cieux, versez votre rosée et que les nuées fassent pleuvoir le juste !)

Morini officier de la cour pontificale au temps de Grégoire XVI (1831-1846), écrivait que la couleur rose est considérée comme tenant le milieu entre le pourpre et le violet ; figurant la joie que l'Eglise ressent aux approches de Noël et de Pâques, parce que la rose a trois propriétés : l'odeur, la couleur et le goût, que l'on peut considérer comme représentant la charité, la joie et la satiété spirituelle qui sont la figure du Christ. Ainsi, saint Bède le Vénérable dit [10] qu'au VII° siècle, le tombeau du Christ était peint d'une couleur mélangée de blanc et de rouge. On se souviendra que la Vierge Marie est honorée et priée comme la Rose