Editorial du 17 Janvier 2016

par Paroisse Bougival  -  #Editoriaux

Editorial du 17 Janvier 2016

A propos de la semaine de prière de l’unité.

Dans une de ses catéchèses notre Pape François a commenté la phrase du Credo évoquant que l’Eglise est une :

« L’Eglise a cherché dès le début à réaliser cette intention qui tient tant au cœur de Jésus. Les Actes des Apôtres nous rappellent que les premiers chrétiens se distinguaient par le fait de n’avoir «qu’un cœur et qu’une âme»; l’apôtre Paul exhortait également ses communautés à ne pas oublier qu’elles sont «un seul corps». Mais l’expérience nous dit qu’il y a tant de péchés contre l’unité. Et nous ne pensons pas seulement aux schismes, nous pensons aux fautes très communes dans nos communautés, aux péchés «paroissiaux», à ces péchés dans les paroisses. Parfois, en effet, nos paroisses, appelées à être des lieux de partage et de communion, sont tristement marquées par les convoitises, les jalousies, les antipathies... Et les commérages sont à la portée de tous. Combien y a-t-il de commérages dans les paroisses ! Cela n’est pas bon. (...) Cela ne doit pas se faire, nous ne devons pas le faire ! Il faut demander au Seigneur la grâce de ne pas le faire. »

La phrase choisie comme thème de cette année pour la semaine de prière pour l’unité est :
« Appelés à proclamer les hauts faits de Dieu ».

Voilà un bel antidote à la tentation de commérage que nous pouvons tous rencontrer : ne parler que pour proclamer les merveilles de Dieu ! D’ailleurs n’est-ce pas l’objectif de toutes nos actions  évangélisatrices et l’objet de ce que nous contemplons dans la prière ?

Lors de la messe, un moment particulier peut nous mobiliser pour prier pour cette unité :

En effet, avant le chant de l’Agnus Dei, le prêtre prononce cette prière : «Seigneur Jésus Christ, tu as dit à tes Apôtres “je vous laisse la paix, je vous donne ma paix”; ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Eglise; pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles”.

Que l’«Amen» alors prononcé retentisse avec ferveur pour demander cette « unité parfaite » ! En même temps, en méditant cette prière prenons conscience que « nos péchés » sont un frein à l’unité et que prière et conversion personnelle sont indispensables pour que la tunique du Christ cesse d’être déchirée !

Cette tunique nous espérons pouvoir la vénérer le 02 avril en pèlerinage paroissial à Argenteuil à l’occasion de son ostension exceptionnelle pour l’année de la Miséricorde. (infos et confirmation à venir)

Oui, comme le disait St Paul, que nous fassions tout notre possible pour que l’Eglise soit “belle, resplendissante, sans tâche ni ride”, afin que par Elle, nos contemporains et nous tous puissions « sans cesse proclamer les hauts faits de Dieu ».

Père BONNET+ curé