A propos de la chandeleur !

par Paroisse Bougival  -  #Enseignement

A propos de la chandeleur !

Origine du mot

La chandeleur vient de l’expression latine « festa candelarum », la fête des chandelles.

L’histoire de la chandeleur est complexe.

Dans la religion romaine, ce mois est vécu comme mois de purification [en latin, « februare » signifie « purifier »]. On fêtait les lupercales en l’honneur du dieu Pan.

Dans l’antiquité latine, ce mois était donc vécu comme un moment de purification avant la renaissance liée au réveil de la nature et à l’arrivée du printemps.

Présentation de Jésus au Temple

          Purification de la Très Sainte Vierge.

Quand l’Empire devient chrétien, le pape Gélase 1er supprima les Lupercales et la fête des chandelles fut remplacée par la fête de la Présentation au Temple et de la Purification de la Vierge.

Selon la loi mosaïque, toute femme juive ayant mis au monde un enfant doit se purifier pendant une période de 7 jours puis attendre 33 jours, ce qui fait 40 jours. Le 2 février, c’est 40 jours après Noël. Cette fête commémore donc la venue de Marie au Temple, 40 jours après la naissance de son enfant, le 25 décembre.

C’est au cours de la venue au Temple de la Sainte Famille que Siméon reconnût l’enfant Jésus comme le Messie annoncé par les prophètes (Lc 2,22-32). Et prononça les mots messianiques : « un glaive traversera ton cœur. » annonçant la Passion à venir

Dans l’exégèse chrétienne, l’enfant Jésus est  comparé à une chandelle dont la cire rappelle la chair et la flamme, la divinité, manière de dire et de décrire la double nature du Christ, humaine et divine. D’autant que le Christ est aussi la lumière du monde.

Traditions populaires : les crêpes ?

Début février on distribuait des crêpes aux pèlerins qui allaient à Rome. A cette occasion des processions avaient lieu à travers la ville et on portait des chandelles, symbole du Christ.

Par leur forme ronde les crêpes rappellent les beaux jours, le retour des saisons, elles sont porteuses de vie. En plus l’étymologie latine de crêpe est « crispus », ondulé, qui est très proche de « christus ».

Des rites agricoles ont lieu à cette fête. Au XIXe siècle ce jour pouvait être chômé. On marquait après l’hiver la reprise des activités. L’usage de faire sauter les crêpes avec une pièce d’or trouve là son origine quelque peu superstitieuse : Une ou deux crêpes sont placées en haut des armoires pour toute l’année afin d’apporter protection sur les récoltes (notamment le blé et le sarrasin) et fécondité à la famille.

En Bretagne, la crêpe de la chandeleur servait pour la demande de fiançailles. La jeune fille faisait les galettes. Si sa mère les rangeait dans l’armoire, le jeune homme se voyait refuser son parti. Si les galettes restaient sur la table, l’accord était donné !

De nombreux dictons rappellent aussi que les fêtes chrétiennes restent inscrites dans le calendrier cyclique des saisons, parmi ceux liés à la chandeleur on trouve : S’il pleut à la Chandeleur, les vaches auront beaucoup de beurre et A la Chandeleur, l’hiver cesse ou reprend vigueur ! ...A voir cette année !!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :