Editorial du 20 Mars 2016

par Paroisse Bougival  -  #Editoriaux

Etonnant mystère des Rameaux et de la Semaine Sainte.

« Pour quelle raison Jésus a-t-il tenu à avoir une procession triomphante alors qu’il savait la Passion toute proche ?» s’interrogeait saint Bernard. Et de dire : «Ô quel contraste entre le cri : A mort, à mort, crucifie-le et l’acclamation ‘Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur’. Quel contraste entre l’acclamation : ‘C’est lui, le Roi d’Israël’ et le cri : ‘Nous n’avons pas d’autre roi que César’. Quel contraste entre les rameaux de verdure et la croix, entre les fleurs et les épines ! On avait commencé par étendre sous ses pieds les vêtements des autres, et voici qu’on le dépouille des siens, pour les tirer au sort.»

Il est vrai que la nature humaine est plus attirée par un Sauveur triomphant que par une Sauveur crucifié...

Et nous le constatons encore dans le fait que nos églises sont pleines pour les Rameaux et moins le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et parfois même le jour de Pâques...

Et pourtant ce qui donne son sens aux rameaux, à ce bel usage qui consiste à porter ces rameaux sur les tombes de nos proches, à en orner nos crucifix, à en porter aux malades, n’est-ce pas la Résurrection du Christ ?!

Car si le Christ n’était pas mort et ressuscité, ces rameaux bénis ne seraient que fétichisme ! Et ne seraient pas signes de la grâce du salut que nous voulons pour nos défunts, de la consolation pour nos malades, de la foi en la puissance de l’Amour représentée par les crucifix.

Dès lors, que nous évitions de suivre cette foule qui de la liesse passa à la haine ou au moins à l’indifférence en quelques jours...

Qu’au contraire nous suivions la très Sainte Vierge Marie et saint Jean en cette semaine, pour comme eux et avec eux mériter ce beau nom de « fidèles du Christ » !

A tous et à chacun, je vous souhaite donc une très belle et sanctifiante Semaine Sainte pour que par la célébration du Jeudi Saint [anniversaire de la première messe de l’histoire du salut] nous entrions tous plus encore dans ce don extraordinaire qu’il nous fait de Son Corps et de Son Sang, pour que par la célébration de la Passion le vendredi Saint, nous découvrions tous plus encore jusqu’à quel point Il nous aime et enfin pour qu’en célébrant la Résurrection du Christ, la grâce surabonde en nos cœurs.

Ainsi, vivant la plénitude des mystères de cette semaine sainte, notre vie ne sera plus comme avant, elle aura la saveur des fidèles du Christ appelés à la sainteté, à la Joie du Christ ressuscité.

Père BONNET+, curé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :