Saint Matthieu

par Paroisse Bougival  -  #Enseignement

Saint Matthieu

Pour cette année liturgique (année dite A), c’est à travers l’Evangile selon saint Matthieu que nous approfondirons notre connaissance et donc amour de notre Seigneur

Qui est-il ?

Le nom de Matthieu vient de l'hébreux Matt'yah  qui signifie don du Seigneur.

On sait que st Matthieu, auteur du 1er évangile, est un des 12 apôtres du Seigneur, qu'il est fils d'Alphée et porta d'abord le nom de Lévi.

Il semble originaire de Capharnaüm où il est publicain et tient le bureau de péage, c'est-à-dire le bureau où l'on perçoit le portorium, à la fois douane, octroi et péage entre les états du roi Hérode Antipas et de son frère, le tétrarque Philippe.

On connaît le récit de son appel par Jésus : « Et, passant plus loin, Jésus vit, assis au bureau du péage, un homme appelé Matthieu. Et il lui dit : Suis-moi. Et, se levant, il le suivit. » (Mt IX,9)

Son Evangile

Les Pères de l’Eglise s’accordent à dire que cet évangile a paru avant tous les autres, que st Matthieu l’a écrit en hébreu pour l’usage des chrétiens de Judée, avant de quitter ce pays pour aller prêcher la foi parmi les Gentils, entre l’an 45 et l’an 48, un peu avant que st Paul écrivît ses 1ères Epîtres.

 

Cet évangile a été appelé l’évangile du royaume des cieux

 

Quant à la version grecque, il est certain que, si l’auteur ne l’a pas faite lui-même, elle date du moins du temps des apôtres et a dû être approuvée par eux ; car dès le 1er siècle, et avant la mort de st Jean, elle était citée et reçue par toute l’Eglise avec l’autorité des textes inspirés ; et s’il en avait été autrement, on aurait peine à s’expliquer la disparition du texte hébreu.

L’évangile de st Matthieu n’est pas proprement une histoire, une biographie. On y trouve bien une esquisse de la vie du Sauveur et un sommaire de sa prédication. Mais les faits n’y tiennent pas une grande place ; ils sont peu circonstanciés et souvent groupés, comme les discours, suivant leurs analogies. L’ordre chronologique fait défaut, aussi bien que les dates.

Le dessein de l’auteur est donc, avant tout, dogmatique et moral. Ce qu’il se propose, c’est de montrer à ses lecteurs, ce qu’il a prêché jusque là de vive voix, que Jésus est le Messie promis au peuple Juif, qu’il faut croire à sa parole, accepter ses maximes, entrer dans son Eglise, et se conformer à ses lois. Aussi, s’attache-t-il à signaler dans sa personne toutes les prérogatives que les prophètes ont attribuées au Messie, celles de roi, de législateur, de thaumaturge, de prophète, de souverain prêtre. A tous ces points de vue, il a soin de faire remarquer l’accord des prophéties avec les faits qu’il décrit.

Cet évangile a été appelé l’évangile du royaume des cieux, parce qu’on y voit annoncée et souvent désignée sous ce nom l’œuvre que le Fils de Dieu venait accomplir en ce monde ; mais l’auteur a soin de faire sentir que sa royauté est spirituelle, qu’elle a pour fin le salut des âmes.

Ses 28 chapitres se divisent en trois parties : les premières années du Sauveur, sa prédication, ses derniers jours. Les premières années du Sauveur remplissent 3 chapitres, dans lesquels il est surtout représenté comme roi (Mt I-III). Ses derniers jours, depuis le commencement de sa Passion jusqu’à son retour au ciel, en occupent 3 également (Mt XXVI-XXVIII): Notre-Seigneur y paraît comme prêtre et victime. La partie intermédiaire, est de beaucoup plus considérable, (Mt IV-XXV).

Si l’on en fait deux sections, on aura d’abord sa prédication dans la Galilée (Mt IV-XVIII), puis son ministère, si laborieux et si combattu dans la Judée (Mt XIX-XXV). La première fait voir en lui le législateur (Mt IV-VII) et le thaumaturge (Mt VIII-XVIII). Dans la seconde, (Mt XIX-XXV) il agit en prophèt: il enseigne, il reprend, il prédit. Mais ces points de vue s’entremêlent, et il paraît plusieurs fois sous le même aspect.

Les caractères de cet évangile

L’auteur était juif de naissance. ― Ses citations indiquent un homme versé dans l’étude de l’Ancien Testament et dans la méditation des prophètes. Son langage dénote un habitant de la Palestine qui a reçu une éducation juive et qui est habitué à parler l’idiome de son pays. A ses yeux, la maison d’Israël est toujours la maison de Dieu ; tous ceux qui en font partie ont le Seigneur pour père. Jérusalem est encore la cité sainte, malgré son déicide ; le temple est encore le lieu saint. Les hébraïsmes et les répétitions ou oppositions paralléliques surabondent dans son style. Enfin, l’aspect de la Galilée, son ciel, ses campagnes, son sol, ses troupeaux, ses figuiers, ses montagnes, ses torrents, son lac, s’y reflètent comme ils durent se refléter dans les discours de notre Sauveur, dans ses paraboles, ses comparaisons et ses images.

Il a été témoin des faits qu’il rapporte. ― C’est ce qu’il suppose évidemment, en retraçant en détail les actions du divin Maître, et surtout en reproduisant ses discours avec tant d’étendue, sans jamais indiquer aucune source, ni donner d’autre garantie que son témoignage. A la vérité, ses récits sont moins circonstanciés que ceux de st Marc, et il ne suit pas l’ordre des temps aussi fidèlement que st Luc ; mais cette particularité s’explique par le but spécialement dogmatique de sa composition. Quant aux discours, qui tiennent la plus grande partie de son ouvrage, si l’auteur ne les avait pas recueillis de la bouche du Sauveur, il faudrait dire qu’il les a inventés ou qu’il les a rédigés d’après la tradition ; mais, dans ce cas, ces discours conviendraient-ils si bien au caractère du Fils de Dieu, à sa dignité, à ses lumières, à sa sainteté ? Y trouverait-on ce naturel, cette élévation, cette placidité, ce charme ? Il nous semble voir trop d’unité dans le fond et dans la forme, trop de pureté dans la doctrine, trop de noblesse et de simplicité dans le langage, pour n’y pas reconnaître une reproduction directe de l’enseignement du divin Maître. C’est un assez grand honneur pour l’évangéliste d’avoir reproduit sans altération cette morale et ce style.

Il écrivait pour ses compatriotes, c’est-à-dire pour les Juifs de Palestine convertis au christianisme. ― S’il avait destiné son évangile aux Gentils, il se proposerait un autre but, il suivrait une autre marche ; il insisterait sur d’autre points ; il ferait moins d’emprunts à l’Ancien Testament ; il parlerait un autre langage. A qui peut-il s’adresser, sinon à des Juifs, quand il annonce la venu du royaume de Dieu, quand il établit l’autorité du Sauveur sur sa qualité de Messie, quand il lui applique les prédictions des prophètes, quand il commence par décrire sa généalogie, quand il l’appelle le fils de David, quand il parle du lieu saint et de la sainte cité, quand il mentionne sans nulle explication les localités, les lois et les usages du pays, quand il met les Gentils sur la même ligne que les publicains, quand il rapporte avec tant de détails les invectives du Sauveur contre les Pharisiens, quand il fait entendre que le règne de la Synagogue est fini et qu’une autre Eglise, une Eglise universelle, va s’élever sur ses ruines, etc. ? Mais si c’est à des Juifs convertis qu’il destine son évangile, ce ne peut être qu’à ceux de la Palestine, car ils ne formaient une église particulière qu’en Judée, et partout ailleurs ils étaient mêlés avec les Gentils.

Il a composé son livre de bonne heure, assez peu de temps après l’Ascension du Sauveur. ― Puisque l’auteur est un apôtre, et qu’il destine son livre aux Juifs de la Palestine, il a dû l’écrire lorsqu’il était au milieu d’eux, avant la dispersion du collège apostolique, de l’an 45 à l’an 48 au plus tard. On conçoit st Marc, disciple de st Pierre, abrégeant st Matthieu et retranchant de l’évangile hébreu ce qui était sans intérêt pour les Romains. On conçoit st Luc, disciple de st Paul, complétant les Mémoires des premiers évangélistes, et s’efforçant de mettre dans leurs récits l’ordre et la correction qui y manquent. Mais on ne concevrait pas st Matthieu, un témoin oculaire, un apôtre, prenant pour guide dans beaucoup d’endroits un simple disciple, paraphrasant st Marc, traduisant st Luc dans un langage moins correct et s’écartant à dessein de l’ordre chronologique. Matthieu le publicain a donc été le premier à écrire l’Evangile, comme Madeleine la pécheresse a été la première à annoncer la Résurrection.

Les dispositions qu’il manifeste conviennent parfaitement à st Matthieu. ― Le style de cet écrit est simple, uniforme et peu soigné. C’est partout la même manière de passer des faits aux discours et des discours aux faits. Le mot « alors » se trouve répété près de cent fois. Néanmoins cette rédaction, et surtout les citations de l’Ancien Testament dont elle est semée, supposent une culture d’esprit que la plupart des apôtres n’avaient pas. Or, l’emploi que st Matthieu remplissait, avant son apostolat, demandait précisément un degré particulier d’instruction. Rien d’étonnant qu’il soit le premier à qui on ait demandé et qui ait entrepris de tracer une esquisse de la prédication du Sauveur.

De plus, on fait observer que l’auteur du premier évangile s’exprime avec une précision remarquable, lorsqu’il s’agit de cens et d’impôt.

- 1° Sa modestie n’est pas moins remarquable. St Matthieu trouvait, comme st Paul, un sujet de confusion dans la première partie de sa vie, et il est à croire que lui seul, entre les disciples du Sauveur, pouvait se plaire à rappeler son ancienne profession de publicain. Le premier évangéliste ne songe pas à dissimuler : il dit simplement Matthieu, ou le publicain ; et il indique le bureau qu’il occupait à Capharnaüm. Cette observation a été faite de bonne heure : nous la trouvons dans Eusèbe, st Jérôme et st Chrysostome.

- 2° On peut y joindre une autre remarque du même genre. On sait que le Sauveur envoya ses Apôtres prêcher l’Evangile deux à deux. Les trois synoptiques qui rapportent ce fait mettent, comme compagnons d’apostolats, au quatrième rang, st Matthieu et st Thomas, mais avec cette différence que le premier évangéliste donne la première place à st Thomas et que les deux derniers la donnent à st Matthieu. Quiconque tiendra compte des leçons données par le Sauveur à ses Apôtres et du sentiment qu’on a toujours eu de leur vertu, croira volontiers que c’est st Matthieu lui-même qui s’est mis ici au second rang, tandis que ses collègues le plaçaient au premier.

Où a-t-il évangélisé et remit son âme à Dieu ?

La tradition hagiographique dit qu'il passa un temps en Egypte avant d'aller dans la capitale d'Ethiopie, Naddaver, où il fut accueilli par cet eunuque, haut fonctionnaire de la Candace, que le diacre Philippe avait baptisé.

Or, il y avait dans cette ville deux habiles magiciens, Zaroës et Arfaxat, qui trompaient les habitants en leur causant des maladies qu'ils savaient guérir ; st Matthieu ne tarda pas à découvrir leurs sortilèges et à désabuser le peuple dont beaucoup se convertirent.

Quand Matthieu eut ressuscité le prince héritier Euphranor, le roi et la reine, avec toute la maison royale et tout ce qui comptait dans la province reçurent le baptême. Iphigénie, fille du roi d'Ethiopie et quelques unes de ses compagnes, firent vœu de virginité et se retirèrent dans une maison particulière qui devint le premier monastère du pays.

Le roi Eglippe étant mort, son frère Hirtace s'empara du royaume et, pour mieux asseoir son pouvoir, voulut épouser Iphigénie. Hirtace eut recours à st Matthieu qui lui répondit : Vienne votre Majesté au discours que je vais faire aux vierges chrétiennes rassemblées avec Iphigénie et vous verrez vous-même avec quel zèle je vais remplir vos ordres ; st Matthieu fit un tel éloge de la virginité, invitant ses filles à mourir plutôt qu'à y renoncer, qu'Hirtace se résolut à le faire mourir. Les bourreaux arrivèrent alors que st Matthieu finissait la messe, ils montèrent à l'autel et le tuèrent.

 

Le corps de st Matthieu fut d’abord conservé avec beaucoup de vénération dans la ville de Naddaver où il avait enduré le martyre. En 956, il fut transféré à Salerne, (Royaume de Naples). En raison de péril de guerre et de crainte que quelqu’un s’emparât des reliques, on cacha le corps de st Matthieu dans un endroit secret, connu de quelques personnes. Près de 120 ans plus tard, sous le pontificat de saint Grégoire VII, on découvrit le caveau secret ce dont le Pape félicita Alfane, archevêque de Salerne. De Salerne, le chef de st Matthieu fut transporté en France et déposé dans la cathédrale de Beauvais ; une partie de ce chef fut donnée au monastère de la Visitation Sainte-Marie de Chartres. La relique de Beauvais disparut pendant la révolution française (1793).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :