Hymne des Vêpres du Temps de la Passion

par Paroisse Bougival  -  #Enseignement

L'hymne du Vexilla Regis a été écrite par Mgr Saint Venance Fortunat (530-609). Avec le Salve Festa Dies, elle est encore considérée comme l’une des plus grandes et des plus belles hymnes liturgiques de l’Église Latine. A 25 ans, la Reine Sainte Radegonde s’était retirée dans un couvent qu’elle avait bâti près de Poitiers ; elle cherchait quelques reliques pour sa chapelle quand l’empereur Justin II et l’impératrice Sophie lui envoyèrent un morceau de la vraie Croix sur laquelle s'est opérée la Rédemption du monde. Pour célébrer l’arrivée de la sainte relique, la Reine demanda à Mgr Fortunat de créer une hymne pour la procession d’accompagnement jusqu’à la chapelle. Lorsque les porteurs du Saint Fragment se trouvèrent à 3 kilomètres de la ville, Venance, entouré d'une grande foule de fidèles, dont certains portaient bannières, croix et autres emblèmes sacrés, s'avança à Sa rencontre. Tout en marchant, ils chantèrent cette hymne composée spécialement à cette occasion (hymne chantée pour la première fois le 19 novembre 569 !). Aujourd'hui, l'Église chante traditionnellement cette hymne pour le "Temps de la Passion", le Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur, le Vendredi-Saint et pour la Fête de la Croix Glorieuse (Exaltation de la Sainte Croix au 14 septembre) :

Les étendards du Roi s’avancent, et la lumière de la Croix resplendit de son mystère,

Où la vie a subi la mort, produisant, par la mort, la vie.

De Son Cœur transpercé par la pointe cruelle de la lance, Il laisse

Ruisseler l’eau et le sang afin de nous laver de notre crime.

Voici qu’est accompli ce que chantait David dans son psaume plein de foi,

Proclamant : « Sur les nations, c’est par le bois que règne Dieu. »

Arbre splendide de lumière orné de la pourpre royale,

Tronc choisi qui fut jugé digne de toucher des membres si saints.

Arbre bienheureux dont les branches supportent pendu le salut de ce siècle :

En échange de ce Corps, l’Enfer a été dépouillé.

Salut ô Croix, unique espérance dans les temps de ta Passion (14 septembre = dans la gloire de ton triomphe !)

Offre la grâce aux hommes pieux, et lave les péchés des coupables.

C’est Toi, Trinité Suprême, source de notre salut, que loue tout esprit :

Par la Croix vous nous fîtes vaincre, donnez-nous aussi la couronne. Ainsi soit-il.