Approches du mystère de la Trinité...Suite...

par Paroisse Bougival

Approches du mystère de la Trinité...Suite...

 (Toujours d’après le blog Totus tuus)

Essayons cependant en quelques lignes d’en donner une approche théologique...

Un seul Dieu… en trois personnes !

Voilà bien un mystère difficile à comprendre pour nos pauvres intelligences humaines ! L’histoire des religions témoigne de l’inévidence d’une telle foi. Seul, le christianisme a pu développer une telle conception d’un Dieu Unique mais non solitaire, en Qui existe une communion d’amour éternelle entre trois personnes. Oui, seul le christianisme ose affirmer l’existence d'une pluralité de personnes divines sans verser pour autant dans le polythéisme : les chrétiens croient ainsi de toutes leurs forces en l’unicité de Dieu : la Trinité pour eux est une « tri-unité », le mot Trinité signifiant précisément « Trois dans l’Unité ».

Bien entendu, si les chrétiens professent leur foi en la Ste Trinité, ce n’est pas parce qu’ils sont plus intelligents que les autres, mais parce que cela leur a été révélé par Dieu lui-même. C'est pourquoi il s'agit d'un dogme. C’est le fruit de l’enseignement de Jésus dont toute la pédagogie a consisté à amener progressivement ses disciples à la connaissance du mystère de sa personne, et en particulier de sa divinité ; de sa relation particulière à un Autre qu’il ne cesse d’appeler son Père, avec lequel il dit ne faire qu’UN ; et d’un mystérieux Esprit dont il a annoncé la venue et qui doit conduire l’Eglise « vers la vérité toute entière ». La dernière consigne du Maître à ses disciples ne sera-t-elle pas de baptiser les nations « au nom (et non aux noms) du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mat. 18. 19)?

Un Père, un Fils, et un Esprit Saint…

A la lumière de cette révélation de Jésus, et sous la motion de l'Esprit Saint reçu au jour de la Pentecôte, les Apôtres et les rédacteurs du Nouveau Testament, ainsi que les Pères de l’Eglise et les Docteurs des 1ers siècles, dans leur travail de relecture des Ecritures, ont pu déceler des « traces » (devenues évidentes) de la Ste Trinité dans l’Ancien Testament lui-même. Ainsi, dans le fameux passage du chapitre 8 du Livre des Proverbe met en scène un mystérieux personnage se présentant comme la Sagesse, fondée par Dieu avant la Création du monde, à laquelle elle a elle-même participé comme « maître d’œuvre », et qui déclare « trouver ses délices parmi les enfants des hommes » : toute la Tradition chrétienne a vu dans cette Sagesse personnifiée la figure même du Christ Seigneur, « engendré non pas créé », qui était au commencement auprès de Dieu, qui était Dieu, et « par qui tout a été fait ».

Depuis les Apôtres jusqu’à ce jour, l’Eglise a donc toujours professé la croyance en ce mystère, comme on le voit dans ses symboles, sa liturgie et dans les déclarations des Conciles : « La foi catholique est que nous adorions un seul Dieu en trois personnes et trois personnes en un seul Dieu, sans confondre les personnes ni diviser les substances » (Symbole de Saint Athanase) ; « Nous croyons fermement et nous reconnaissons qu’il n’y a qu’un seul vrai Dieu, Père, Fils et St Esprit, trois personnes mais une seule substance, une seule nature » (Concile Latran IV).

L’unité s’applique donc à la substance, à la nature, à l’essence même de Dieu : dans la Trinité, il n’y a qu’une seule substance divine, qu’une seule nature divine, qu’une seule essence divine, qu’une seule divinité. La distinction s’applique quant à elle aux personnes, aux processions, aux relations, aux noms, et aux missions.

En Dieu, il y a 3 personnes distinctes : le Père, le Fils et le St Esprit. Le Père est Dieu. Le Fils est Dieu. Le St Esprit est Dieu. Mais ils ne sont pas 3 dieux : ils sont 1 seul et même Dieu. Ils sont un seul et même Dieu parce qu’ils n’ont qu’une seule et même nature, une seule et même divinité.

On objecte qu’il y aurait contradiction à dire que 3 font 1. Mais la contradiction existerait si nous affirmions que 3 personnes ne font qu’une personne, ou qu’une nature fait 3 natures. Or nous croyons, ce qui est bien différent, que Dieu est UN en TROIS personnes ; qu’il y a trois personnes en un seul Dieu. Dans le dogme de la Ste Trinité, l’unité affecte la nature, et la trinité, les personnes.

La distinction des personnes divines ne détruit donc pas l’unité de leur nature, car en même temps qu’elles sont autres par leur relations incommunicables et leurs propriété personnelles, les personnes divines sont mêmes par leur nature et leurs perfections absolues : le Père communique ainsi toute sa nature et toutes ses perfections à son Fils, et le Père et le Fils communiquent au St Esprit, qui procèdent d’eux, cette même nature et ces mêmes perfections.

Unité de nature, distinction de personnes : voilà les deux « bouts de la chaîne » à tenir fermement. On tomberait dans le « modalisme » si l’on présentait les Trois Personnes divines comme 3 « modes », 3 facettes du seul et même Dieu : le Père serait par exemple Dieu en tant qu’Il nous crée ; le Fils, Dieu en tant qu’Il nous parle et nous sauve ; et l’Esprit-Saint, Dieu en tant qu’Il nous habite et nous sanctifie. On tomberait symétriquement dans le « trithéisme » si l’on oubliait que les Trois Personnes n’ont à elles 3 qu’une seule nature, une seule intelligence, une seule volonté. Les Trois Personnes de la Ste Trinité ne sont pas en effet un triumvirat, la réunion de 3 personnes qui voteraient à l’unanimité les différentes décisions qu’elles auraient à prendre. Ce ne sont pas 3 personnes qui mettent en commun leurs idées et leur énergie ; ce sont Trois Personnes qui partagent la même vie, la même intelligence, la même volonté et la même activité. Les chrétiens ne croient donc pas en 3 dieux, ainsi que le pensent certains musulmans peu instruits de notre foi, mais en un seul et même Dieu en trois personnes.

Ce n’est que de façon analogique, à la vérité, que nous utilisons les chiffres 1 et 3 pour parler des Trois Personnes divines et de leur unique nature. Selon Maxime le Confesseur : « Même si la divinité, qui est au-delà de tout, est célébrée par nous comme Trinité et comme Unité, elle n’est ni le TROIS ni le UN que nous connaissons comme nombres ». Les Trois Personnes divines ne sont pas des réalités que l'on peut additionner, comme trois objets posés l’un à côté de l’autre sur une table. On ne peut pas davantage additionner le Dieu unique avec d’autres êtres, comme on pourrait le faire pour des mètres carrés et des mètres cubes. Les êtres créés sont en effet d’un autre ordre, le Tout-Autre étant présent à tout instant en chacun d’eux, ne cessant de les porter dans l’être et de les créer...