A propos du Baptême de Jésus...

par Paroisse Bougival  -  10 Janvier 2021, 22:10  -  #Enseignement, #VIE de L'EGLISE

A propos du Baptême de Jésus...

un peu de lecture ! 

HOMÉLIE DU IVe SIÈCLE

Jésus est venu vers Jean et a été baptisé par lui dans le Jourdain. Quels événements incroyables merveilleux ! Le fleuve sans limites qui réjouit la ville de Dieu, comment est-il lavé dans un peu d’eau ? La source incompréhensible qui fait jaillir la vie pour tous les hommes et qui n’a pas de fin a été recouverte par des eaux misérables et passagères ! Celui qui est présent partout, qui n’est absent de nulle part, celui qui est incompréhensible aux anges et invisible aux hommes, vient au baptême parce qu’il l’a bien voulu. ~

Et voilà que les cieux s’ouvrirent pour lui et qu’une voix disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai toute ma joie. Le Bien-aimé engendre l’amour, et la Lumière immatérielle engendre la lumière inaccessible. ~

Cet homme est celui qu’on appelle le fils de Joseph, et il est « mon fils unique » selon l’essence divine : Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Il a faim, et il nourrit des milliers hommes ; il peine, et il donne le repos à ceux qui peinent ; il n’a pas où reposer la tête, et il porte tout dans sa main ; il souffre, et il remédie aux souffrances ; il est souffleté, et il donne la liberté au monde ; son côté est transpercé, et il restaure le côté d’Adam.

Mais, je vous en prie, écoutez-moi attentivement : je veux remonter à la source de la vie et contempler la source d’où jaillissent les guérisons. Le Père de l’immortalité a envoyé dans le monde son Fils immortel, son Verbe. Celui-ci est venu vers l’homme pour le laver dans l’eau et l’Esprit. Il le fait renaître pour rendre incorruptibles son âme et son corps ; il a éveillé en nous son souffle de vie, il nous a revêtus d’une armure incorruptible. Si donc l’homme est devenu immortel, il deviendra Dieu aussi. Et s’il devient Dieu par l’eau et l’Esprit Saint après avoir reçu la nouvelle naissance par le baptême, il sera aussi cohéritier du Christ dans la résurrection des morts.

Je proclame donc : « Venez, toutes les tribus des nations vers le bain de l’immortalité ! » ~ Cette eau, unie à l’Esprit est celle qui arrose le Paradis, qui féconde la terre, qui fait pousser les plantes et engendre les vivants. Pour tout dire en un mot, elle engendre l’homme à la vie en le faisant renaître, elle en qui le Christ a été baptisé, elle sur qui l’Esprit est descendu sous la forme d’une colombe. ~

Celui qui se plonge avec foi dans ce bain de la nouvelle naissance se sépare du démon et s’unit au Christ. Il renonce à l’ennemi et confesse que le Christ est Dieu. Il rejette l’esclavage et revêt la condition de fils adoptif. Il sort du bain, brillant comme le soleil, rayonnant de justice. Mais surtout il en remonte fils de Dieu et cohéritier du Christ.

À celui-ci, gloire et puissance, en même temps qu’à l’Esprit très saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles. Amen.

 

DE BOSSUET AU PAPE FRANÇOIS !!

Bossuet : Jésus-Christ est donc caché dans les eaux, et sa tête y est plongée sous la main de Jean. Il porte l'état du pécheur : il ne paraît plus : le pécheur doit être noyé, et c'est pour lui qu'étaient faites les eaux du déluge. Mais si les eaux montrent la justice divine par cette vertu ravageante et abîmante, elles ont une autre vertu, et c'est celle de purifier et de laver. 
Le déluge lava le monde, et les eaux purifièrent et sauvèrent les restes du genre humain. Jésus-Christ plongé dans les eaux leur inspire une nouvelle vertu, qui est celle de laver les âmes. 
L'eau du baptême est un sépulcre, ‘où nous sommes jetés’ tout vivants ‘ avec Jésus-Christ, mais pour y ressusciter avec lui’ (Rom 6,2) : entrons, subissons la mort que notre péché mérite : mais n'y demeurons pas, puisque Jésus-Christ l'a expié en se baptisant pour nous : sortons de ce mystique tombeau, et ressuscitons avec le Sauveur pour ne mourir plus. »

« N'oublions jamais notre baptême, où ensevelis dans les eaux nous devions périr ; mais au contraire nous en sortons purs comme du sein d'une nouvelle mère : toutes les fois que nous retombons dans le péché, nous nous noyons, nous nous abîmons : toutes les fois que par le recours à la pénitence nous ressuscitons notre baptême, nous commençons de nouveau à ne pécher plus. 
Où retournez-vous, malheureux ? Ne vous lavez-vous que pour vous souiller davantage ? La miséricorde d'un Dieu qui pardonne vous sera-t-elle un scandale ; et perdrez-vous la crainte d'offenser Dieu à cause qu'il est bon ? 
Quoique la pénitence soit laborieuse, et qu'on ne revienne pas à la sainteté perdue avec la même facilité qu'on l'a reçue la première fois, néanmoins les rigueurs mêmes de la pénitence sont pleines de douceur. Ces rigueurs tiennent encore plus de la précaution que de la punition. 
Faites donc pénitence de bonne foi, et songez qu'en vous soumettant aux clefs de l'Eglise, vous vous soumettez en même temps à toutes les précautions qu'on vous prescrira pour votre salut. » [Élévations sur les mystères - XXIIème semaine, IIIème élévation]

Le pape François : 
« Je ne peux pas être baptisé plusieurs fois, mais je peux me confesser et renouveler ainsi la grâce du baptême. C’est comme si je faisais un deuxième baptême. Le Seigneur Jésus est si bon et il ne se lasse jamais de nous pardonner. Même lorsque la porte que le baptême nous a ouverte pour entrer dans l’Église se referme un peu, à cause de nos faiblesses et de nos péchés, la confession la rouvre, précisément parce qu’elle est comme un deuxième baptême qui nous pardonne tout et nous illumine pour aller de l’avant avec la lumière du Seigneur. Allons de l’avant ainsi, joyeux, parce que la vie doit être vécue avec la joie de Jésus Christ : et c’est une grâce du Seigneur. » [Audience Générale, 13 novembre 2013.]  


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :