Une bague retrouvée portant le nom de Pilate

par Paroisse Bougival  -  29 Mars 2021, 16:27  -  #Enseignement

Une bague retrouvée portant le nom de Pilate

D’après un article écrit par Éric Bellavance historien et bibliste au Canada
 
Le 28 novembre 2019, un article paru dans le Times of Israel laissa entendre qu’une bague ayant possiblement appartenu à Ponce Pilate, bien connu pour son rôle dans le procès qui mena à la crucifixion de Jésus de Nazareth, avait été retrouvée. Quelques jours plus tard, soit le 2 décembre, un autre article était publié dans le quotidien israélien Haaretz, avec un titre beaucoup plus explicite cette fois : « Une bague appartenant à Ponce Pilate, gouverneur romain qui a crucifié Jésus, retrouvée sur le site de l’Hérodium, en Cisjordanie » 
Les deux journaux israéliens faisaient ainsi écho à une nouvelle annoncée plus tôt en novembre par la « Israel Exploration Society » dans son édition biannuelle du Israel Exploration Journal [3]. Sans doute pour éviter une association trop rapide – comme l’ont fait le Times of Israel et Haaretz ! – le nom « Ponce Pilate » ne figure pas dans le titre de l’article. On parle uniquement d’une bague en cuivre décorée d’une amphore, un symbole typiquement juif. Les auteurs de l’article soulignent néanmoins qu’elle est accompagnée d’une inscription en lettres grecques : « à/de Pilate ». Bien qu’il ne soit pas impossible que cette bague ait bel et bien appartenu à Ponce Pilate, les auteurs demeurent prudents pour des raisons que nous évoquerons plus loin.  

La lecture du nom de Pilate sur la bague est toute récente, mais l’objet en question a été découvert il y a près de 50 ans, soit en 1969, sur le site de l’Hérodium, un des palais-forteresses construits dans la région de Bethléem par Hérode le Grand. Parmi les objets découverts par une équipe de l’Université hébraïque de Jérusalem, alors dirigée par le professeur Gideon Foerster, se trouvait une bague ornée d’un sceau. Mais en raison du mauvais état de l’objet, l’inscription n’avait pu être déchiffrée. Or, de nouvelles technologies photographiques sont apparues depuis et des chercheurs ont décidé de prendre de nouvelles photographies de l’anneau. Quelle ne fut pas leur surprise d’y voir apparaître, assez clairement, un nom bien connu : « Pilate »! 
Étant donné que ce nom était très rare au premier siècle, il est probable qu’il soit bel et bien question du fameux Ponce Pilate, qui a été préfet de la province romaine de Judée entre 26 et 36 (ou 37) après J.-C [5]. Mais s’agit-il d’une bague lui ayant appartenu ? 

QUI ETAIT PONCE PILATE
L’historicité de Ponce Pilate ne fait aucun doute. Non seulement est-il mentionné dans les Évangiles (Mt 27,2 et Lc 3,1), mais bon nombre d’informations historiques sur le personnage sont données par l’historien juif Flavius Josèphe (37/38-100 apr. J.-C.), le philosophe et théologien juif Philon d’Alexandrie (20 av. J.-C.- 45 apr. J.-C.) et l’historien romain Tacite (58-120 apr. J.-C.). Son nom figure également sur sur une inscription retrouvée en 1961 dans la ville de Césarée maritime, ville construite par Hérode le Grand (entre 22 et 10 av. J.-C.) pour en faire sa capitale royale. L’inscription, écrite en latin, est en partie effacée, mais on peut tout de même y lire : « […] Tibère […] Ponce Pilate […] préfet de Judée […] a dédié […] » Elle commémorait sans doute la construction d’un édifice, possiblement un temple, dédié à l’empereur romain de l’époque, Tibère (14-37 apr. J.-C.). Il semble donc que Pilate occupait les anciens palais d’Hérode à Césarée, à Jérusalem et résidait sans doute, à l’occasion, dans l’Hérodium. Ce qui pourrait expliquer qu’une bague portant son nom y ait été retrouvée. Mais la bague appartenait-elle vraiment à Pilate ? 

LE PROPRIETAIRE DE LA BAGUE
Il ne fait aucun doute que le nom de Pilate figure sur la bague. Mais appartenait-elle à Pilate lui-même ou à l’un de ses sujets ? Bien que les auteurs de l’article paru dans le Israel Exploration Journal admettent qu’il n’est pas inconcevable qu’il s’agisse de l’anneau de Pilate, ils émettent certains doutes en raison du manque de raffinement de l’objet. En effet, il apparaît assez clairement que cet anneau n’est pas l’œuvre d’un artisan qualifié. Or, un homme puissant et riche comme Pilate aurait sans doute porté une bague mieux forgée et plus richement décorée. En somme, ce genre de bague, faite d’un alliage de cuivre, sans pierre ou métal précieux, était habituellement porté par des soldats, des collecteurs d’impôt, etc., et non des préfets ou des procurateurs. La bague pourrait donc avoir appartenu à un collecteur d’impôt à la solde des Romains, qui utilisait le sceau de sa bague pour étamper des objets ou sceller des documents destinés à Pilate. Ajoutons que le propriétaire était possiblement juif, en raison des motifs ornant la bague, une amphore, symbole typiquement juif à l’époque. Le fait que la courte inscription soit écrite en grec et non en latin pourrait aussi militer en faveur d’un propriétaire juif et non romain, la langue grecque étant commune chez les juifs de l’époque. 

Mais une question demeure : que faisait cette bague au nom de Ponce Pilate sur le site de l’Hérodium ? Est-ce que Pilate, en supposant qu’il s’agissait de sa propre bague, l’a perdue sur le site ? S’en serait-il débarrassé parce qu’il ne la jugeait pas digne d’un homme de son rang ? Pourrait-elle avoir appartenu à une personne à son service service ayant travaillé sur le site de l’Hérodium pour réparer le système d’eau hérodien ? [6] Impossible de trancher pour le moment. Mais, qui sait ? Les nouvelles technologies photographiques sont prometteuses et d’autres découvertes nous permettront peut-être d’en apprendre davantage sur le propriétaire de cette bague. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :