MIRACLE EUCHARISTIQUE à MARSEILLE EN BEAUVAISIS

par Paroisse Bougival  -  7 Juin 2021, 15:50  -  #VIE de L'EGLISE, #Enseignement

MIRACLE EUCHARISTIQUE à MARSEILLE EN BEAUVAISIS

En l’an 1532, durant les fêtes de Noël, un ciboire de valeur, contenant les Hosties Consacrées fut dérobée de nuit en l’église de Marseille en Beauvaisis.
Seul le vase sacré intéressant les voleurs, le ciboire en vermeil fut vidé de ses Hosties, lesquelles furent regroupées dans du tissus crêpe, le tout jeté dans un buisson peu éloigné de l’église en bordure du cimetière et couvert d’une pierre.

Consternation dans le village… comme le prévoyait alors l’Église : plus de messe, plus 

de chants, tentures noires sur l’édifice en pleine période de fêtes de Noël…… 
« Heureux vol, mais pas … bienheureux voleur » ! dit le panneau explicatif dans la chapelle !!! continuant d’expliquer : 
« Les Hosties demeurèrent introuvables « jusqu’au jour de la Fête de la circoncision (1er janvier) où un habitant, Jean Moucque, aperçut un paquet que les neiges tombées abondement n’avaient pas recouvertes, tout autour.
Vite (comme le relate la plaque en vieux français) il courut avertir Messire Prothais, docteur en théologie, curé de ladite ville, qui s’en vint lever les hosties, accompagné du peuple, avec grande joie et dévotion et les transporta en l’église paroissiale. » 


Puis par respect pour ce lieu (devenu saint !) où le Corps sacré de notre Sauveur avait reposé, on planta une croix, entourée d’épines, afin de ne pas marcher sur cet endroit.
Ce qu’étant « divulgué » les malades de toutes parts commencèrent d’y arriver, dont plusieurs s’en retournèrent guéris. En reconnaissance, des dons importants furent offerts, et en 6 mois une chapelle fut construite. 
Différentes verrières relatent dans la chapelle l’histoire du miracle et certaines des guérisons advenues.

 

 

 

 

Guérisons d’un aveugle, joueur de viole qui, après sa guérison, joua chaque année au pèlerinage.
Sire Jacques Sauvage, prêtre clerc au bourg de crève-cœur, étant devenu muet et perclus de tous ses membres, et s’étant par dévotion fait transporter en ladite chapelle, y recouvra la parole et la santé en tout son corps.
Le Seigneur d’Autrèche et d’Achy, ayant entendu d’une pauvre femme qui lui demandait l’aumône qu’elle avait recouvré la vue en ladite chapelle, et se voyant avoir une plaie incurable à la jambe, y alla faire sa dévotion et y recouvra à l’instant la santé. A cause de quoi, en perpétuelle mémoire, il fit "appendre", dans ladite chapelle, une jambe en bois couverte de cire, et en outre, donna à la cure de Marseille les dîmes du Trilège nommé les Gressières.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :