Aller à la messe en semaine ?

par Paroisse Bougival  -  3 Octobre 2021, 21:27  -  #Enseignement, #VIE de L'EGLISE

Aller à la messe en semaine ?

Réponse avec l’auteur du Seigneur des anneaux !
(Article publié sur le site Aleteia le 26/09/2021)

Toute sa vie durant, notamment pendant les seize années de la rédaction du "Seigneur des anneaux", J.R.R Tolkien est resté attaché à la messe quotidienne. Pour cet auteur aussi génial que prolifique, participer à l'Eucharistie était une source de grâces inépuisables.

Amour, fidélité, courage : « le Saint-Sacrement » est le catalyseur de tous les biens pour Tolkien. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, témoin des ravages de l’épidémie de grippe espagnole et des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, l’auteur du Seigneur des anneaux a toujours trouvé dans l’Eucharistie, la lumière qui brille dans les ténèbres.

Et pour rester tout près de Jésus-Hostie, il a tout fait pour ne jamais manquer la messe quotidienne, allant jusqu’à organiser sa matinée en fonction de l’horaire de l’Eucharistie dans sa paroisse d’Oxford. C’est ainsi que tous les matins, l’auteur partait en vélo avec Michael et Christopher – ses garçons – jusqu’à l’église Saint-Aloysius pour la messe de 7h30. Ce n’est qu’une fois rentrés qu’ils prenaient tous leur petit-déjeuner, préparé par les soins d’Edith, l’épouse de Tolkien.

St Gilles célébrant la messe

À chaque fois, même dans les moments difficiles, Tolkien met son espérance dans l' "efficacité" du sacrement. « Bien qu’immuable, parfait, complet et inviolé, le Saint-Sacrement n’opère chez personne de manière complète et définitive. Comme pour la foi, il faut que la [communion] soit continue et qu’elle mûrisse à mesure qu’on pose cet acte. [Communier] sept fois par semaine est plus enrichissant que [communier] sept fois occasionnellement ».

Dans les lettres qu’il échange avec ses enfants, l’écrivain britannique les enjoint de tourner toujours leurs yeux vers le Saint-Sacrement. À son fils Michael, qui traverse une période compliquée, le père témoigne de la marque que la communion régulière a laissée sur sa vie : « De l’obscurité de ma pauvre vie, si remplie de frustrations, je place devant toi l’unique grande chose à aimer ici-bas : le Saint-Sacrement. J’en suis tombé amoureux dès le début et, par la miséricorde de Dieu, n’ai jamais renoncé à cet amour […] C’est là que tu trouveras l’aventure, l’amour, la gloire, l’honneur, la fidélité et le véritable chemin pour vivre toutes tes amours sur cette terre ».

Ce que disent les saints de la messe… 

St Laurent Justinien : " Il n'existe pas de prière ou de bonne œuvre qui soit aussi grande, aussi agréable à Dieu et aussi utile pour nous que la Messe." 

St Alphonse : " Dieu lui-même ne pourrait rien faire de plus saint, de meilleur ou de plus grand que la Messe." 

St Bonaventure : " La Messe est un compendium de tout l'amour de Dieu, de toutes Ses grâces accordées aux hommes et chaque Messe confère au monde une grâce qui n'est en rien inférieure à celle qu'il a reçue par l'Incarnation." 

St Odon de Cluny : " Le bonheur du monde vient du Sacrifice de la Messe. " 

St Timothée de Jérusalem : " Sans la Messe, le monde aurait été détruit depuis longtemps en raison des péchés des hommes. " 

Notre Seigneur a dit à sainte Mechtilde : " À la Messe, je viens avec une telle humilité, qu'il n'y a aucun pécheur, si dépravé qu'il puisse être, que je ne sois prêt à recevoir si seulement il le désire. Je viens avec une telle douceur et une telle miséricorde que je pardonnerai à mes plus grands ennemis s'ils me demandent leur pardon. Je viens avec une telle générosité, que nul n'est si pauvre que je ne veuille le combler de la richesse de mon amour. Je viens avec une si céleste nourriture qu'elle redonnera de la force aux plus faibles, avec une lumière telle qu'elle illuminera les plus aveugles, avec une telle plénitude de grâces qu'elle ôtera toutes les misères, vaincra toutes les obstinations et dissipera toutes les craintes." 

Que pouvons-nous répondre à ceux qui disent qu’il ne sert à rien d’aller à la Messe, pas même le dimanche, parce que l’important est de bien vivre, d’aimer son prochain ? 
Il est vrai que la qualité de la vie chrétienne se mesure à la capacité d’aimer, comme l’a dit Jésus : « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres» (Jn 13, 35); mais comment pouvons-nous pratiquer l’Évangile sans puiser l’énergie nécessaire pour le faire, un dimanche après l’autre, à la source intarissable de l’Eucharistie? Nous n’allons pas à la Messe pour donner quelque chose à Dieu, mais pour recevoir de Lui ce dont nous avons véritablement besoin.
(Pape François, audience 13/12/17)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :