NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

PAROISSE de BOUGIVAL


Abbaye Sainte-Anne de Kergonan

Publié par Paroisse Bougival sur 23 Janvier 2022, 22:46pm

Catégories : #Enseignement, #VIE de L'EGLISE, #VIE de la PAROISSE

Abbaye Sainte-Anne de Kergonan

(Présentation à partir de leur site internet)
Historique
En 1897, dix moines bénédictins venus de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes sous la conduite de Dom Paulin Joumier (1854-1917) s’établissent à Kergonan sur la paroisse de Plouharnel, à proximité de Carnac dans le Morbihan. Voici quelques grandes étapes : 
* En 1901, la loi sur les associations exclut les communautés religieuses et les moines trouvent refuge en Belgique. Les bâtiments de l’abbaye, confisqués par l’État, sont mis en vente, mais des amis fidèles les rachètent et les mettent à la disposition d’une école de jeunes filles.
* En 1914, la communauté de Sainte-Anne de Kergonan devient Abbaye autonome et dom Joseph Marsille est alors élu premier Abbé de Kergonan. En 1920, il conduit les moines pour rentrer d’exil et la communauté se réinstalle dans les bâtiments de Kergonan.
* Le monastère, proche du « mur de l’Atlantique », est réquisitionné en 1942 par les forces d’occupation. Les moines trouvent alors refuge à la Chartreuse d’Auray (56), puis la communauté s’installe en 1943 au château des Nétumières près de Vitré (35). En 1946, les moines rentrent de ce second exil et retrouvent des bâtiments à restaurer suite aux dommages de la guerre.
* En 1968, le troisième abbé de Kergonan, dom Marcel Blazy lance le chantier de l’église abbatiale, qui est consacrée en 1975 par Mgr Pierre-Auguste Boussard (1917-1997), alors évêque de Vannes.

Prier, lire et travailler
Moines bénédictins, ils appartiennent à l’Ordre de Saint Benoît et vivent selon la Règle

que Saint Benoît a écrite au 6e siècle. On attribue à cet Ordre la devise « Ora et labora ; prie et travaille », qui invite à louer le Seigneur et à travailler au cœur d’une vie fraternelle. En réalité, pour que cette expression illustre vraiment le déroulement des journées, il serait plus juste de dire « Ora, lege et labora ; prie, lis et travaille » : Prier en louant le Créateur, écouter Dieu en lisant et travailler en cultivant la terre.

La vie fraternelle
Autour du père Abbé, la communauté des frères cherche à développer une communion

dans l’unité et dans la paix. Pour apprendre à s’aimer, les frères commencent par se servir mutuellement et à s’accueillir réciproquement dans leurs différences. La réponse au même appel du Christ cimente l’unité des cœurs. Il peut alors naître un véritable « esprit de famille », celui que décrit saint Benoît au chapitre 72 de sa Règle :
« Les frères auront les uns pour les autres un profond respect. Ils supporteront avec une très grande patience les infirmités morales ou physiques d'autrui. Ils s'obéiront à l'envi. Nul ne recherchera ce qui lui serait utile, mais bien plutôt ce qui l'est pour les autres. Ils auront les uns pour les autres une affection pleine de délicatesse. Ils aimeront Dieu avec un très profond respect. Ils aimeront leur abbé avec une charité humble et sincère. Ils ne préféreront absolument rien au Christ, lequel daigne nous conduire tous ensemble à la vie éternelle ! »
Règle de Saint Benoît Chapitre 72

La vie liturgique
La liturgie est la prière que le Christ tout entier, la tête et les membres, adresse au

Père dans l’Esprit-Saint. Ils prient dans l’église de l’abbaye, ensemble en tant que membres du corps du Christ. Ils y chantent les psaumes, ces prières qui font partie de la Bible, la Parole de Dieu. Ainsi ils prient Dieu avec la Parole même de Dieu. Il est au principe comme au terme de leur prière.
Tous les jours, Ils louent Dieu en apportant tout leur soin à la célébration de la liturgie. La source et le sommet de leur liturgie, c’est la célébration quotidienne de la messe en latin et en chant grégorien.
En plus de l’eucharistie, saint Benoît a prévu qu’ils se rassemblent pour célébrer la liturgie sept fois dans la journée, de manière à sanctifier tous les moments de la vie quotidienne :
* les Vigiles sont célébrées dans la nuit, dans l’attente du retour glorieux du Christ au lever du jour.
* Les Laudes sont l’office de louange du matin.
* L’office de Tierce, plus court, est inséré dans la messe.
* Les offices de Sexte et de None, eux, encadrent le déjeuner.
* La louange des Vêpres sanctifie la soirée.
* Et les Complies marque la fin de la journée. Commence ensuite le silence de la nuit, qui dure jusqu’aux Vigiles du lendemain.

Fidèles à leur devise "ora et labora" (prière et travail), les moines bénédictins de cette abbaye de Kergonan vivent donc du fruit de leur travail. Affectés par une baisse des visites dans leur monastère, les moines de l'abbaye Sainte Anne de Kergonan proposent à la sortie de la messe, par le biais de leurs familles, des produits de haute qualité en "date courte", à prix réduit. 
Ex : Gelée extra pomme-cannelle, de pommes, confiture de rhubarbe et de pomme, confit de cidre. 3,50€ / pot de 360g ; 10€ les 3. 
Des paroissiens, Chantal et Jean-François Cuignet, dont le fils y est moine, sont heureux de vous témoigner à cette occasion de leur expérience de parents d'enfant en vie consacrée.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article