NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

PAROISSE de BOUGIVAL


DIMANCHE PROCHAIN : 3 nouveaux prêtres pour notre diocèse.

Publié par Paroisse Bougival sur 20 Juin 2022, 17:40pm

Catégories : #VIE de L'EGLISE

DIMANCHE PROCHAIN : 3 nouveaux prêtres pour notre diocèse.

Voici la retranscription de leur témoignage publié sur le site du diocèse.

P. Mathieu Bocquet : une vocation tardive ?

J’ai déjà 40 ans. Certains considèrent que c’est une vocation tardive. Moi je crois au contraire que le Seigneur a voulu, ce qu’Il a fait avec mon parcours. Il a voulu certainement que je chemine comme cela, que je prenne le temps. J’ai travaillé une dizaine d’année dans l’audit et le conseil et j’ai ensuite monté ma propre structure où je faisais du conseil en collaboration entre le monde de l’entreprises et le monde des associations. C’est au cours notamment de mon travail, de ma vie professionnelle que le Seigneur est venu me chercher avec l’Esprit Saint qui a travaillé mon cœur en particulier et notamment sur la question du sens. C’est beaucoup le sens de ma vie qui m’a ramené au Christ, qui m’a amené à vouloir Le suivre.

P. Géraud Patris du Breuil : au départ, la prière familiale.

J’ai eu la joie de grandir dans une famille nombreuse, une famille aussi particulièrement marquée par une vie de prière. On ne priait pas tous les soirs mais quand même assez régulièrement. Avec le recul je me suis aperçu que c’est grâce à cette vie, une vie de prière familiale qu’a pu se mettre en place une vie de prière personnelle. C’est au cœur de cette vie de prière personnelle que Dieu est venu me chercher

P. Wilfrid de Guillebon : du service des autres au service de Dieu 

Je me suis posé sérieusement la question de la vocation la première fois quand j’étais au lycée. En fait j’étais assez engagé dans le scoutisme et dans le Groupe des servants d’autel de la paroisse de Saint Joseph de Sartrouville. J’ai été assez marqué par toute la dimension du service des autres. « Le chef scout a charge d’âmes » et pour moi cela avait une importance toute particulière. La question est venue assez naturellement et en fait assez naturellement je l’ai aussi mise de côté, car je voulais me marier, fonder une famille, avoir un métier. Au cours de mes études, la question est revenue, est revenue tout au long de mes études. Aussi un désir de donner du temps au Seigneur dans la prière, de vraiment donner du temps au Seigneur.

P. Mathieu Bocquet : un long cheminement

Cette question du sens de ma vie m’a amené à vouloir unifier mes valeurs, ce que je portais en moi, la raison pour laquelle je me levais le matin, pour qui je voulais travailler. Pour moi c’était une question importante. Il y a eu ce cheminement qui s’est fait sur la question du sens, mais il y a eu aussi des moments plus précis où le Seigneur m’a peut-être davantage rencontré plus personnellement. Je pense notamment à une retraite que j’ai effectuée dans un foyer de Charité, à la Flattière. A ce moment-là, j’ai réalisé que le Christ était vivant. J’ai commencé à chercher à avoir une relation personnelle avec le Christ. Il m’a fallu ensuite 3 ans pour comprendre la volonté du Seigneur, pour cheminer aussi dans le discernement et puis continuant à chercher, un passage à Lourdes m’a fait réaliser. Le Seigneur m’a appelé plus profondément à l’appel au sacerdoce. Je vous ne cache pas que j’ai été surpris dans un premier temps. Ensuite, l’année à la maison St Jean Baptiste qui est l’année de discernement m’a permis de creuser cette question, et de continuer à murir mon oui. Puis le temps au séminaire a été un temps pour murir encore et approfondir et surtout approfondir ma relation en vérité avec le Christ à travers les études, à travers la prière, de mieux Le connaître.

P. Géraud Patris du Breuil : Donner sa vie pour répondre à l’amour de Dieu.

La vocation sacerdotale s’est posée pour moi de manière forte à l’âge de 13 ans pendant un temps d’adoration, un temps où j’ai pu dans le secret de mon cœur faire l’expérience la plus heureuse de ma vie : celle de l’amour que Dieu me porte personnellement. C’est en comprenant que Dieu m’aime infiniment que j’ai compris que cet amour appelait une réponse et cette réponse, c’est le don total de ma vie dans la vie de prêtre.
Après cet appel à l’âge de 13 ans, j’ai pu approfondir cette question notamment grâce à mes engagements. Je retiens particulièrement, le scoutisme. J’ai été scout pendant 10 ans. Le scoutisme m’a permis de me mettre au service des autres, d’apprendre le sens des responsabilités. Après le bac, après une licence d’économie, je suis rentré au séminaire à l’âge de 20 ans. Maintenant j’en suis à ma huitième année de formation au séminaire.
Quel approfondissement pendant le séminaire ?
Pendant ces 8 années de formation, j’ai eu la chance de faire une année d’apostolat, c’est à dire une année de mission où mon évêque m’a envoyé pendant un an au village saint Joseph qui est une association créée il y a une vingtaine d’année qui s’occupe de personnes fracassées par la vie, des personnes qui sortent de prison, qui sortent de la rue, qui sortent de différentes addictions. Au cœur de cette année j’ai pu faire l’expérience de la pauvreté, celle des personnes que j’ai pu servir, mais surtout de ma propre pauvreté. C’est en reconnaissant ma propre pauvreté que j’ai compris que c’est comme cela que Dieu voulait agir dans ma vie.
Après cette année d’apostolat, j’ai eu la joie d’être envoyé à Trappes pendant 3 ans. Ces 3 années m’ont vraiment permis d’approfondir cet appel. Je retiens différents visages, différentes personnes que j’ai pu servir, tout spécialement les jeunes. Ce n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a eu parfois des doutes, des questions ou des approfondissements un peu plus rugueux. Je rends vraiment grâce pour ces 15 années qui se sont écoulées et pendant lesquelles en fait j’ai toujours été assez comblé et j’ai vraiment compris que Dieu me voulait prêtre. 

P. Wilfrid de Guillebon : Le désir d’annoncer le Christ ?

Au cours d’une retraite un prêtre m’a dit : autour de toi il y a plein de jeunes qui ne connaissent pas le Christ. Ne penses-tu pas que le Seigneur voudrait passer par toi pour qu’Il puisse aussi les rencontrer.
J’ai compris que si je suis baptisé, je ne peux pas le garder pour moi, je dois partager la joie de la résurrection autour de moi. La question du sacerdoce est revenue assez naturellement. J’ai encore fait quelques années d’études. J’ai travaillé ensuite pendant quelques mois dans la production d’électricité. J’ai démissionné pour entrer au séminaire quand le discernement me semblait un peu plus mur.  Au séminaire, j’ai fait une année de propédeutique à St Jean Baptiste à Versailles puis 2 années de philosophie à Chatou, et 3 ans de théologie à Rome. Depuis cette année, j’ai commencé une licence de théologie à Rome en « formation et discernement des vocations ». Et tout pleins d’événement marquants dans la vie au séminaire ; particulièrement la découverte de l’oraison lors de l’année de propédeutique : le fait de pouvoir pendant l’oraison prendre chaque jour un temps pour le Seigneur, prendre chaque jour un temps cœur à cœur avec le Seigneur dans la prière, à partir de la Parole de Dieu. Cela m’a porté tout au long de ces années. Ce n’est pas tous les jours faciles. Mais il y a toute une belle fidélité à avoir à la prière, même les jours où on n’a pas envie de prier.

P. Mathieu Bocquet : Quel prêtre demain ?

Ce que je souhaiterais, c’est de convertir mon cœur et d’avoir une vie qui soit vraiment donnée comme le Christ a donné sa vie, une vie donnée par amour pour les autres, avec la grâce de la Vierge Marie.

P. Géraud Patris du Breuil : Quel prêtre demain ?

Pendant mon insertion à Trappes j’ai médité et approfondi cette belle phrase de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus qui dit : « aimer Jésus et le faire aimer ». 

P. Wilfrid de Guillebon : Quel prêtre demain ?

Quand Jésus appelle ces 12 apôtres, il les appelle d’abord pour être avec Lui. Je voudrais être profondément enraciné dans le Christ pour pouvoir ensuite accueillir chacun comme le Christ lui-même accueille chaque personne pour ensuite pour être au service des personnes que je vais rencontrer dans le ministère, au service de leur rencontre avec le Seigneur, au service de leur relation avec le Seigneur.

*******************

Anne-Marie et Nicolas LELEU, anciens paroissiens de Bougival ont « la très grande joie d’annoncer l’ordination sacerdotale de leur fils Joseph, avec neuf autres diacres, pour le diocèse de Paris. Merci Seigneur !
La Messe d’ordination sera célébrée par Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Paris, le 25 juin 2022 à 9h30 en l’église Saint-Sulpice, Paris VIème (écrans géants sur le parvis de 500 places, arriver à 8h30 dernier délai, fin vers 12h30) et retransmise sur KTO.
Joseph
(qui entre autres a servi la messe à Bougival) se réjouit aussi de célébrer une première Messe à Ste Marguerite du Vésinet le dimanche 3 juillet à 9h45, à laquelle vous êtes tous invités ! Merci de votre prière pour tous les hommes qui sont ordonnés prêtres en ce mois de juin.
PS : Prions pour les futurs prêtres !
https://www.paris.catholique.fr/prier-pour-les-futurs-ordinands.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article