NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION

PAROISSE de BOUGIVAL


Vacances chrétiennes – Conseils d’un dominicain !

Publié par Paroisse Bougival sur 3 Juillet 2022, 20:00pm

Catégories : #VIE de la PAROISSE

Vacances chrétiennes – Conseils d’un dominicain !

Fr. Gilbert Narcisse op

Y a-t-il des vacances NON chrétiennes ?

Pour les non chrétiens, la question est peut-être réglée.

Pour les chrétiens, les choses sont plus subtiles.

Voici l'histoire d'une métamorphose en trois mouvements :

1. La caricature : Des " vacances chrétiennes " sont des vacances pieuses. Il s'agirait de passer ses vacances en prière, en retraite dans un

monastère, en grenouille de bénitier, loin des plages et des montagnes. Le vacancier s'indigne vite : " on n'est pas des moines ! " (Il est vrai qu'une définition traditionnelle du moine, c'est d'être " en vacances… pour Dieu ").

2. La critique : On se formule ces caricatures pour ridiculiser l'idée même de " vacances chrétiennes " et s'affranchir ainsi d'un mélange impossible : " Que les vacances soient des vacances pour tout, y compris pour les devoirs religieux ! " ; " D'ailleurs, on a bien le droit de souffler un peu ; la religion n'est pas une contrainte ! ".

3. Le résultat : Sans formuler si carrément les choses, on se laisse gagner par un farniente général (ou presque), la chaleur aidant, et les complicités mondaines

nombreuses. Pendant les vacances, on est "moins" chrétien ; parfois, on ne l'est pas du tout. On s'autorise un temps d'exception ; une fête sans Dieu ; des dimanches sans messe ; un " no God's land " touristique, à l'abri des anges en flirtant avec les démons.
Bref, tout est inversé : on a mis Dieu en vacances. C'est l'ignoble métamorphose du vacancier !

Y a-t-il des vacances VRAIMENT chrétiennes ? Oui !

Les vacances sont chrétiennes quand : 1. On est en vacances ; 2. et qu'on est chrétien (aussi) en vacances. C'est simple. Etre chrétien, ce n'est pas seulement remplir des devoirs en une période donnée. On est chrétien dans toute sa vie. On essaie de l'être. D'ailleurs, il n'y a guère d'alternative. Pour le chrétien, ne pas être chrétien ne peut s'effectuer que dans une seule réalité. La Bible la nomme : péché. Mettre Dieu, le Christ, l'Eglise en vacances, revient à s'éloigner de Dieu. C'est la définition même du péché. Par conséquent, les vacances sont chrétiennes quand elles rapprochent de Dieu. C'est l'amour de charité. Pendant les vacances, loin d'interrompre la fidélité, on découvre une autre manière d'aimer. Ce n'est plus le quotidien du travail, de l'école, de la famille, des mêmes amis. Il y a un changement qui permet soit de bifurquer hors de la foi et de la loi, soit d'aimer autrement. Envisager ses vacances comme un " itinéraire dans l'amour de Dieu ", voilà des vacances chrétiennes, vraiment.

« Se retrouver soi-même et les autres, dans une dimension plus équilibrée et plus sereine » 
                                            Saint JEAN PAUL II– août 1999

Très chers frères et sœurs ! 

C'est précisément aux familles que s'adresse, avant tout, ma pensée en cette période de vacances. Combien de fois supportent-elles le poids des difficultés dues au rythme de travail effréné, en particulier dans les grandes villes ! Combien de fois est-il difficile de trouver un climat serein et une atmosphère détendue pour goûter l'intimité, pour dialoguer et faire ressortir les exigences et les projets de chacun ! Voici alors que les vacances arrivent précisément à propos pour combler ces lacunes, - pour ainsi dire - d’« humanité», de paix et de coexistence. 
De là l'exigence que les vacances constituent effectivement une période de ressourcement humain, au cours de laquelle, loin du milieu de vie habituel, il est possible de se retrouver soi-même et les autres, dans une dimension plus équilibrée et plus sereine. 
Dans cette perspective, il est sans aucun doute intéressant de remarquer que de plus en plus nombreuses sont les personnes et les familles qui profitent des vacances pour passer quelques jours dans ce que l'on appelle les « lieux de l’esprit »: monastères, sanctuaires, ermitages, maisons de retraite. Ces lieux unissent presque toujours la beauté du cadre naturel à l'opportunité de puiser à la rencontre avec Dieu des richesses spirituelles dans la réflexion et dans le silence, dans la prière et dans la contemplation. 
Il s'agit d'une tendance salutaire, qui ne devrait pas se limiter à la période des vacances, mais qui devrait trouver des formes adéquates pour accompagner l'activité quotidienne également au cours des autres périodes de l'année. En effet, le véritable défi consiste à sauvegarder l'harmonie intérieure afin que le rythme de l'existence quotidienne connaisse toujours ce souffle dont chacun de nous a besoin. 
... Que ceux qui sont en vacances puissent jouir de leur repos mérité et que ceux qui n'en ont pas la possibilité, puissent quoi qu'il en soit se sentir entourés de gestes concrets d'amitié et de solidarité. 
---------------------------------------------

« L'amour pour la nature qui fleurit en action de grâce à Dieu »  Benoit XVI  - 07/ 2005

Dans le monde où nous vivons, cela devient presque une nécessité de pouvoir se régénérer dans le corps et dans l'esprit, en particulier pour ceux qui habitent en ville, où les conditions de vie, souvent frénétiques, laissent peu de place au silence, à la réflexion et au contact reposant avec la nature. 
Les vacances sont, en outre, des jours pendant lesquels on peut se consacrer plus longuement à la prière, à la lecture et à la méditation sur les significations profondes de la vie, dans le cadre serein de sa famille et de ses proches. 
Le temps des vacances offre des opportunités uniques de s'arrêter devant les spectacles suggestifs de la nature, merveilleux "livre" à la portée de tous, grands et petits. Au contact de la nature, la personne retrouve sa juste dimension, elle redécouvre qu'elle est une créature, petite mais dans le même temps unique, en mesure "d'accueillir Dieu" car intérieurement ouverte à l'infini. Poussée par la demande de sens, qui est pressante dans son cœur, celle-ci perçoit dans le monde environnant l'empreinte de la bonté, de la beauté et de la providence divine et elle s'ouvre presque naturellement à la louange et à la prière. 
Demandons à la Vierge Marie de nous enseigner le secret du silence qui devient louange, du recueillement qui dispose à la méditation, de l'amour pour la nature qui fleurit en action de grâce à Dieu. Nous pourrons ainsi plus facilement accueillir dans le cœur la lumière de la Vérité et la pratiquer dans la liberté et dans l'amour.
---------------------------------------------

Cet été, passant devant une église j’ai poussé la porte 
Et pourtant je n’avais rien à Te dire 
C’était pour voir…. Par curiosité 
Peut-être pour prier un peu 
  
Comme il faisait bon dans ce silence et ce calme 
 Je me laisse envahir par un étrange besoin 
Comme il faisait bon dans ta maison 
    
Et pourtant je n’avais rien à Te dire 
Mais l’autel, les bancs vides 
Me parlaient des hommes et des femmes absentes 
Qui viennent y prier à d’autres moments, d’autres jours 
Parce que pour eux, pour elles 
Tu es certainement le Dieu de la Vie, le Dieu de l’Amour 
Maintenant, j’en suis sûr, cette église vit de Toi 
  
Tu es bien le Créateur, l’Amour à l’infini 
Celui qui est, qui était et qui vient 
Celui qui est avec nous tous les jours 
  
En poussant la porte de cette vielle église 
Où tout parle de Toi 
J’y ai fait une halte, j’y ai trouvé la Paix, la joie 
  
Je n’avais rien à Te dire 
Et je me surprends à te parler 
J’emporte avec moi et pas seulement pour moi 
Ton silence et ta Paix 
Ton humble présence en ce lieu m’a rempli de Ta Force 
  
Tu m’as accueilli, je t’ai rencontré 
Maintenant j’en suis sûr 
 Tu restes avec nous tous les jours 
Je vais le dire à mes frères, à mes sœurs 
Quelle joie s’ils pouvaient un jour aussi 
Comme moi, rencontrer Ta présence 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article